01 85 53 06 80

29 octobre 2018, France info

Une étudiante de deuxième année de médecine a porté plainte pour « injures antisémites » proférées par d’autres étudiants de son université Paris-13, indique à l’AFP son avocat, lundi 29 octobre. La plainte a été déposée dans un commissariat du Val-d’Oise, le 20 octobre, précise son avocat, Antonin Péchard. La jeune fille de 20 ans raconte avoir fait l’objet de harcèlement à caractère antisémite de la part d’un groupe d’élèves de l’université, notamment dans le cadre de la préparation du week-end d’intégration de la fac de médecine, selon des informations révélées par Europe 1.

« On est passé des blagues sur la Shoah à des saluts hitlériens, puis on invente un jeu qui s’appelle le ‘freespa’, le lancer de kippa qu’on jette par terre », raconte-t-elle à la radio. Et la jeune femme évoque les thèmes envisagés pour le week-end d’intégration organisé par le bureau des élèves. Dans des conversations sur Facebook, certains proposent des thèmes antisémites comprenant notamment les termes « Auschwitz 2019 »« rafle »« beau juif et boboche », « les nazis contre les juifs ». D’autres conversations portent sur une classification des étudiants de confession juive de la promotion, avec un chiffre et un commentaire.

« Mettre fin à ces dérives inacceptables »

Ces faits « sont profondément inacceptables », a réagi la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, dans un communiqué publié lundi matin. « Au surlendemain de l’attaque antisémite de Pittsburgh aux Etats-Unis, je veux rappeler que les mots aussi peuvent tuer et que les injures et les gestes déplacés ont toujours été les prémices de violences plus grandes encore », a déclaré Frédérique Vidal. Elle « salue le fait que l’université Paris-13 ait pris les décisions qui s’imposaient dès que les faits ont été connus », ajoutant que « l’antisémitisme doit être partout combattu avec la plus grande fermeté sans jamais ne laisser aucune place à la banalisation. »

Voir l'image sur Twitter
La ministre indique qu’elle recevra « dès aujourd’hui le président de l’université Paris-13 afin de faire le point avec lui sur les dispositifs de prévention mis en place dans son établissement et sur les actions qui peuvent être immédiatement engagées pour mettre fin à ces dérives inacceptables. » Elle se rendra vendredi à la Convention nationale de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), à Grenoble (Rhône-Alpes). Et Frédérique Vidal appelle la communauté universitaire « à se mobiliser afin de bannir l’antisémitisme de nos universités et de nos établissements ».